Entretien avec Marc Venot, le président-parrain

Entretien avec Marc Venot, le président-parrain

À l’occasion de leurs 10 ans, les hôtels ibis Styles lancent la première édition du concours Design-Moi un Objet. Depuis le 27 mars, les jeunes designers de 18 à 30 ans sont invités à concevoir un objet ludique et innovant pour réinventer les moments d’attente des clients dans tous les halls du réseau de la marque. Le jury du concours est présidé par le designer Marc Venot. Une fois le premier prix attribué, il accompagnera en personne le projet jusqu’à l’exposition du prototype, en septembre prochain.

En quoi ce concours aidera-t-il les jeunes designers ?
La proposition faite aux jeunes designers va au-delà de penser un objet ou un jeu. Commander des choses trop précises entraînerait des réponses similaires. L’intérêt du concours tient dans cette attente d’idées fraîches. Ils vont davantage devoir plancher sur une expérience à vivre à l’hôtel. Nous ne demandons pas au designer de dessiner un pont mais de trouver un moyen de traverser la rivière. Il revient alors à chacun de définir son propre sujet. Quand j’étais étudiant, participer à un concours étant une décision personnelle, l’implication était d’autant plus forte.

Dans quel contexte doit s’intégrerle projet lauréat ?
Dans les hôtels, il y a souvent des temps off. Les gens, avec ou sans enfants, les passent facilement sur leur smartphone. C’est un vrai défi de proposer, dans un lobby, quelque chose qui provoque le contact et une interaction entre les personnes. Ce n’est pas un sujet de concours facile, mais il a l’avantage de déboucher sur la réalisation d’un prototype, appelé à être un produit et pourquoi pas vendu à un large public. Tout cela est très positif pour le lauréat en plus de la reconnaissance de son travail.
Que retirez-vous de vos séjours à l’hôtel ?
En tant que designer, je voyage. On se retrouve parfois entre deux trains ou deux hôtels, à passer une soirée seul. Ces moments sont courants. On finit souvent par utiliser son téléphone ou par dessiner. Et tout le monde ne s’adresse pas facilement à autrui. Ce que j’attends d’un hôtel, c’est qu’il fonctionne. Quand je parle de fonctionnement, il faut aussi qu’on ait envie d’aller vers l’objet. Pour que, dans ces lieux, tout pousse à créer quelque chose de magique ou d’imprévu qui fasse du lien entre les espaces publics et intimes, à partager avec des inconnus.
Nous vous
recommandons

Le Design urbain par Ibis.com
Découvrez toutes les facettes du design bordelais
Design à Lyon : un univers à explorer
Démarquez-vous par des meetings stylés à Poitiers



Partager par email Partager sur Twitter Partager sur Facebook